search icon

I. Têteblanche

Horloger

Malgré d’importantes recherches aux Archives nationales à Paris, aucune information concernant cet horloger n’a pu être retrouvée ; de plus, il est totalement absent des ouvrages et des dictionnaires spécialisés ; cet artisan reste donc un véritable mystère. Toutefois, relevons qu’étant donné la qualité exceptionnelle de sa production connue, composée uniquement de petites pendulettes de voyage, l’hypothèse la plus vraisemblable consiste à croire qu’il n’effectua qu’un très court séjour à Paris et qu’auparavant il était en activité dans les pays germaniques. Cette signature est probablement celle de Joseph Weishaupt, un maître horloger qui vivait et travaillait à Carlsbad vers le milieu du XVIIIème siècle. “Têteblanche” est la version française de son nom ; lors de leurs voyages, les horlogers traduisaient fréquemment leurs noms pour correspondre à la langue du pays où ils se trouvaient.