search icon

Constantin-Louis Detouche

Horloger

(1810 - 1889)

Ayant reçu la Légion d’Honneur en France en 1853 et la Croix de l’ordre du Dannebrog au Danemark, était nommé horloger de la ville de Paris et de l’Empereur Napoléon III. Sa firme, probablement la plus importante en France à l’époque, rencontra énormément de succès.

A l’exposition de Nîmes en 1862, la compagnie fut décrite comme suit : « la maison Detouche de Paris, fondée en 1803 ; son volume d’affaires grandit chaque année et aujourd’hui elle fait un chiffre, en France et à l’étranger, de plus de 3 millions de francs. Les objets horlogers, des pièces de précision aux articles ordinaires, représentent plus de 1,200,000 francs. M. Detouche a reçu les récompenses les  plus prestigieuses ; je ne mentionnerai ici que : la médaille d’or à l’exposition universelle d’horlogerie de Besançon en 1860, et la médaille d’or à Londres en 1862. On lui a décerné la Croix de la Légion d’Honneur pour sa contribution aux progrès de l’horlogerie et le roi du Danemark l’a gratifié de la Croix de Dannebrog pour son horloge électrique. De tels objets, qui mériteraient qu’on les décrive en détail, présentent des améliorations qui devraient être connues et appréciées par chaque horloger qui a bénéficié du travail et des services de M. Detouche… Le jury a noté tout particulièrement un régulateur de style rocaille en bronze doré, d’un goût remarquable, qui mesure 1m 90 ; … Les tourniquets vus à l’exposition et considérés comme indispensables en France et à l’étranger sont également l’invention de M. Detouche. Tous les articles produits par cette maison méritent d’attirer l’attention de par leurs prix modérés, leur élégance, leur riche ornementation, leur précision, et leur excellente facture. Le jury décerne à M. Detouche un diplôme d’honneur. » (« Revue Chronométrique », 8ème année, vol. IV, juin 1862 – juin 1863, « Exposition de Nîmes », Paris, 1862, pp. 605-609).

En 1851, six ans après l’arrivée de Houdin, la maison Detouche prit part à la Great Exhibition de Londres (la première exposition universelle) sous la dénomination « Chronometer makers, 158 and 160 rue St Martin, Paris ».

En 1887, vers la fin de sa vie, Detouche subventionne la publication delà troisième édition du Traité d’Horlogerie Modern Théorique et Pratique de Claude Saunier (1816-1896), également appelée l’édition C. Detouche (944 pages, publié à Paris) et l’addendum (112 pages, également publié à Paris).

Parmi les autres prestigieuses créations de Detouche et Houdin, on pourrait citer deux grands régulateurs astronomiques,  avec indication des heures, minutes, secondes, jours, mois et la date, heure du lever et du coucher du soleil, l’équation du temps, lever et coucher de la lune, ainsi que ses phases et âge, et les variations barometriques et thermometriques. Sur ces deux régulateurs, le cadran principal est entouré de quatorze cadrans subsidiaires indiquant le temps dans quatorze villes dans le monde. Pendant longtemps, l’un de ces régulateurs s’est trouvé à l’angle de la rue Saint-Martin et la rue de Rivoli ; aujourd’hui il se trouve dans la Manufacture François-Paul Journe SA, à Genève.