search icon
Sèvres

Rare paire de vases en porcelaine dure à décor or sur fond blanc dits « Vases Médicis troisième grandeur à têtes de Jupiter »

Vases011-02_BD_MAIL

Manufacture de Sèvres

D’après un modèle de l’architecte Alexandre-Théodore Brongniart

Marques : S48 encadré en vert pour « Sèvres 1848 »

Sèvres, Manufacture de porcelaine, Seconde République, 1848

Hauteur42.2 Diamètre31

Les vases sont de forme dite « Médicis », composition classique héritée du célèbre vase en marbre pentélique en forme de cratère en cloche qui appartenait à la Renaissance italienne à cette célèbre famille de banquiers florentins. Ils sont en porcelaine dure de Sèvres à fond blanc élégamment décoré de motifs feuillagés ou arabesques en or ; les anses ou prises sont en forme de mascarons en têtes de Jupiter à cornes de bélier surmontés de chapiteaux composites à larges feuilles de refend. Les cols sont soulignés d’une frise alternée de feuillages finement tracés entre deux liserés, les parties basses des panses sont rythmées de bandeaux d’arabesques à fleurons, palmettes stylisées ou rinceaux feuillagés et les culots sont agrémentés de courses de crosses à enroulements et rosettes, motifs que l’on retrouve également sur les piédouches terminés par des tores unis ; enfin, l’ensemble repose sur des bases quadrangulaires à terrasses à écoinçons ornés de palmettes.

La forme particulièrement élégante des vases que nous proposons est très certainement la composition la plus appréciée et la plus déclinée dans les arts décoratifs français, et plus largement européens, appliqués aux vases ornementaux à partir de la Renaissance italienne jusqu’au XIXe siècle. Dès les dernières décennies du XVIIIe siècle, la Manufacture de porcelaine de Sèvres, alors manufacture royale, s’inspira directement du modèle Médicis ; puis, avec l’avènement de Napoléon et de l’Empire, cette même manufacture, alors devenue manufacture impériale, va développer ce modèle de vases Médicis en y apportant une variante particulièrement réussie. En effet, en 1806, le célèbre architecte Alexandre-Théodore Brongniart (1739-1813) dessina ce nouveau type de vases pour la manufacture en y adaptant des prises en têtes de Jupiter, superbe modèle qui sera suivi pendant plusieurs décennies à la manufacture, notamment jusqu’en 1848, année de la création des vases que nous proposons.

De nos jours, parmi les rares exemplaires connus de ce modèle, citons notamment : un premier vase livré en juillet 1811 pour les appartements du Petit Trianon (paru dans D. Ledoux-Lebard, Le Petit Trianon, Le mobilier des inventaires de 1807, 1810 et 1839, Paris, 1989, p.98) ; une paire de plus petites dimensions qui fut livrée pour le Mobilier de la Couronne en 1818 et appartient de nos jours aux collections du Château de Fontainebleau (illustrée dans B. Chevallier, Musée national du Château de Fontainebleau, Les Sèvres de Fontainebleau, porcelaines, terres vernissées, émaux, vitraux (pièces entrées de 1804 à 1904), RMN, Paris, 1996, p.74, catalogue n°46) ; une deuxième paire est conservée dans une collection particulière (voir le catalogue de l’exposition Imperial & Royal, L’âge d’or de la porcelaine de Sèvres, Galerie Aveline, Paris, 2016, p.184, fig.5) ; enfin, une dernière paire fut placée en 1810 dans le second salon de l’appartement de l’impératrice au Château de Compiègne (reproduite dans B. Ducrot, Musée national du Château de Compiègne, Porcelaines et terres de Sèvres, RMN, Paris, 1993, p.85, catalogue 28).

Manufacture Royale de Sèvres

Patronnée par Louis XV et la marquise de Pompadour, la Manufacture de Vincennes voit le jour en 1740 pour concurrencer les créations de la Manufacture de Meissen, se positionnant ainsi comme sa principale rivale européenne, et sera transférée à Sèvres en 1756, devenant la Manufacture royale de porcelaine de Sèvres. De nos jours toujours en activité, elle connaîtra tout au long de son histoire d’exceptionnelles périodes de création en faisant appel aux meilleurs artistes et artisans français et européens. Rattachée aux souverains et aux empereurs, elle sera la vitrine du savoir-faire français et la plupart des créations sorties de ses ateliers seront destinées à être offertes en cadeaux diplomatiques ou à participer au décor et au faste des nombreux châteaux et palais royaux et impériaux des XVIIIe et XIXe siècles.