search icon
K.P.M  -  Escher
Wilhelm Escher

Important vase royal en porcelaine polychrome au portrait et aux armoiries de Frédéric de Hohenzollern

APF_Vases005_04

Königliche Porzellan Manufaktur dite « K.P.M »

Le médaillon au portrait princier signé par Wilhelm Escher

Allemagne, Manufacture royale de Berlin, daté 1868

Hauteur82 Largeur56

Provenance :

Probablement offert en cadeau diplomatique par le roi Guillaume Ier de Prusse à l’un de ses homologues européens.

 

De forme ovoïde, ce superbe vase présente un décor sur fond bleu lapis composé de deux médaillons circulaires centrés de motifs royaux et ceinturés de bordures dorées agrémentées d’une frise de feuilles et graines d’olivier ponctuées de pastilles et d’une frise de godrons, ou cannelures simulées, rythmée de cartouches à volutes. La face principale représente un paysage sur lequel se détache au premier plan le buste de Frédéric de Hohenzollern, futur roi de Prusse et empereur d’Allemagne, en grand uniforme et portant l’ensemble de ses ordres de chevalerie tels que l’écharpe de Grand Croix de l’Aigle noir, le collier de l’Annonciade, les croix de chevalier des ordres de Marie-Thérèse d’Autriche et de l’Aigle rouge…ce décor trouve son pendant sur l’autre face du vase sur laquelle se détache, sur fond blanc, l’aigle prussien sous couronne royale entouré du grand collier de l’Ordre de l’Aigle noir. Le col, souligné d’enfilage de perles dans sa partie inférieure, ainsi que le piédouche évasé, sont ornés de bandeaux de feuilles de chêne dorées mat sur un fond bruni ; tandis que la lèvre est ornée d’une frise de feuilles stylisées travaillées selon la même technique mat-bruni. La panse du vase est rehaussée de deux anses en bronze très finement ciselé à décor de rinceaux, de feuillages et de fleurettes. Enfin, l’ensemble repose sur une base carrée dont les faces simulent des réserves dans des encadrements quadrangulaires.

Fondée sous l’impulsion de Frédéric le Grand vers le milieu du XVIIIe siècle, la Manufacture royale de porcelaine de Berlin, dite « K.P.M », va devenir en l’espace de quelques décennies l’une des principales rivales de la Manufacture de Meissen. Dès 1764, elle emploie près de 400 artisans et le roi décide de patronner activement sa production en achetant de nombreux vases et services en porcelaine destinés à être offert à ses amis proches ou en cadeaux diplomatiques aux princes et souverains étrangers. Au XIXe siècle, ses successeurs conserveront cette coutume en commandant régulièrement des pièces exceptionnelles.

Le vase spectaculaire que nous proposons fut certainement réalisé à ce dessein. Son décor, de qualité exceptionnelle, est totalement dédié à la gloire et à la personnalité politique de Frédéric de Hohenzollern (1831-1888), fils de Guillaume Ier de Prusse (1797-1888), l’un des princes les plus importants de cette période. De son véritable nom, Frédéric-Guillaume-Nicolas-Charles de Hohenzollern, il accède tardivement au pouvoir, mais cela ne l’empêche pas de jouer un rôle majeur dans certaines crises politiques et militaires, notamment au moment des guerres austro-prussienne et franco-allemande. Marié en 1858 avec la princesse Victoria du Royaume-Uni, il épouse ses idées progressistes et démontre souvent son opposition au règlement militaire des conflits européens. Partisan d’une grande Allemagne unifiée, son règne, trop bref, l’empêche de faire aboutir son projet.

Wilhelm Escher

Wilhelm Escher est un peintre sur porcelaine actif dans la seconde moitié du XIXe siècle.



Dans la même catégorie