search icon
Rémond
François Rémond (vers 1747-1812)

Importante suite de quatre appliques à trois lumières en bronze très finement ciselé et doré à l’or mat ou à l’or bruni

Appliques017-03_HD_WEB

Attribuée à François Rémond

Paris, époque Louis XVI, vers 1785

Hauteur52 Largeur34

Entièrement réalisée en bronze très finement ciselé et doré à l’or mat ou à l’or bruni, chaque applique s’organise autour d’un fût fuselé en carquois, à décor torsadé et rythmé d’une bague soulignée de glyphes ou d’acanthes, qui reçoit les trois bras de lumières curvilignes en joncs à cannelures supportant les bassins, bobèches et binets à motifs de feuilles d’eau, godrons, perles, cannelures et feuillages. L’amortissement est formé d’une urne simulée soulignée d’une guirlande de lauriers enrubannés et terminée en flamme. Enfin, le culot est composé de feuilles de chêne en chute agrémentées de glands émergeant de deux feuilles d’acanthe.

Dès le milieu du XVIIIe siècle nous assistons à une totale remise en cause des schémas ornementaux qui prévalaient dans les arts décoratifs français depuis plusieurs décennies. Cette réaction artistique menée par des érudits, artistes et amateurs, trouvait directement son origine dans les exceptionnelles découvertes archéologiques faites dans les anciennes cités romaines antiques de Pompéi et d’Herculanum, dans la région napolitaine. A partir de cette date, certains rares collectionneurs, artistes et artisans, tels que le duc de Caylus ou Lalive de Jully, vont progressivement imposer un nouveau style directement inspiré de l’Antiquité classique grecque et romaine : « le Retour à l’Antique », lui-même héritier plus ou moins direct du grand Néoclassicisme louis-quatorzien de la fin du XVIIe siècle. Dans le domaine du luminaire et plus particulièrement dans celui des appliques, appelées à l’époque « bras de lumière », nous assistons à la création dans un premier temps de modèles très, parfois trop, architecturés, puis, à partir du début des années 1780, de modèles raffinés, élégants et particulièrement luxueux, tel la rare suite de quatre appliques que nous proposons dont peu d’exemplaires identiques sont répertoriés. Ainsi, parmi les rares appliques connues de même modèle, citons particulièrement : une première paire à trois lumières qui est passée en vente chez Sotheby’s à New York, le 14 octobre 1988 ; ainsi qu’une seconde, mais à deux bras de lumières, qui est apparue sur le Marché de l’Art lors de la dispersion des collections de la Villa Les Anthemis à Cannes en 1976.

François Rémond (vers 1747 - 1812)

À l’instar de Pierre Gouthière, François Rémond est l’un des plus importants artisans ciseleurs-doreurs parisiens du dernier tiers du XVIIIe siècle. Il débute son apprentissage en 1763 et obtient ses lettres de maîtrise en 1774. Immédiatement son talent lui permet de se composer une riche clientèle parmi laquelle figuraient notamment certaines personnalités de la Cour. Mais surtout François Rémond, par l’intermédiaire du marchand-mercier Dominique Daguerre, participe à l’ameublement de la plupart des grands collectionneurs de la fin du XVIIIe siècle en fournissant des caisses de pendules, des chenets, des candélabres…toujours d’une très grande qualité d’exécution et aux compositions particulièrement raffinées et novatrices qui firent sa notoriété.